« Recharger son portable en pédalant est écologique »

Pédaler pour recharger son vélo

L'« efficacité » du WeBike est d'environ 80% selon ses concepteurs. Le rendement thermodynamique du corps humain est en revanche bien plus faible... (©WeWatt)

De plus en plus de vélos en libre-service dans les gares et aéroports permettent de recharger son téléphone ou son ordinateur portable. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, le recours à la force de vos mollets (qui se substitue à des centrales électriques) n’est pas nécessairement économe en « énergie » ni écologique.

Si l’on considère qu’une batterie de portable(1) contient approximativement 10 Wh, une recharge électrique « classique » occasionne approximativement 0,5 gramme d’équivalent CO2, sachant que le contenu carbone d’un kWh avoisine actuellement 50 g éq.CO2 en France selon le gestionnaire de réseau RTE(2).

Dans le cas d’une recharge « humaine », les concepteurs de ces dispositifs (comme WeWatt dans le cas des vélos « WeBike ») considèrent qu’il est possible de recharger sa batterie au tiers en pédalant pendant 20 minutes. Une personne peut générer sans trop d’efforts une puissance externe de 30 W(3) mais cette production même modeste nécessite une dépense métabolique bien plus importante(4), compte tenu du faible rendement thermodynamique du corps humain(5). Durant un effort sportif de ce type, le métabolisme peut absorber jusqu’à 6 à 8 fois plus d’oxygène qu’au repos et augmenter par la même occasion ses émissions de CO2 en expirant(6).

On peut surtout supposer que cette dépense d’énergie est par la suite compensée sous forme de nourriture par la personne ayant pédalé. Si cette personne consomme par exemple un pain au chocolat de 60 g à la suite de son effort, l’impact carbone est d’environ(7) 125 g éq.CO2, soit environ 250 fois le niveau des émissions liées à une production d’électricité « classique ». Dans une situation plus fantaisiste, la consommation d’une côtelette d’agneau grillée de 200 g pourrait encore multiplier par 30 cet impact carbone(8).

Evidemment, cette simulation a ses limites(9) mais vise à relativiser le caractère « écologique » des vélos producteurs d’électricité dont la fabrication est elle aussi facteur d’émissions (notons toutefois qu'ils peuvent, comme WeBike, être conçus à l'aide de nombreux matériaux récyclés). Ces dispositifs présentent en revanche un intérêt beaucoup moins contestable : ils contribuent à la bonne santé des usagers en les incitant à pratiquer une activité sportive (il est d'ailleurs possible d'imaginer que cette séance de vélo remplaçe l'abonnement à un club de sport avec déplacement afférent). Selon de nombreux voyageurs, ils leur permettent également de gérer leur attente de façon plus ludique. Et de « mériter » un pain au chocolat ?

Vélo (©WeWatt)

Pédaler pour produire de l'électricité présente avant tout l'intérêt de contribuer à la bonne santé des usagers. (WeWatt)